Porteurs de projets (2ème partie)

Suite de cet article

1999-2004 :  Erreurs de jeunesse

A partir de 1999, nous commençons à aménager la ferme en travaillant à la fois sur la partie agricole et la dimension accueil. Les anciennes étables sont modifiées pour y installer des boxes pour une vache, un âne, des chèvres et des moutons.

Une partie de la porcherie, que nous rebaptisons « bergerie »,  devient un bloc sanitaire de 5 douches, 5 wc et des lavabos pour 50 personnes. Nous réalisons tous les travaux avec de l’entraide familiale.

5000m² de maraîchage et 1 hectare de céréales occupent nos temps perdus. Nous achetons un peu de matériel agricole : un vieux D22 Renault, une herse, un cultivateur. Un ami nous donne une charrue, presque trop grosse pour le tracteur. Le premier labour est épique. Anne-Marie a fait la formation agricole mais c’est Eric qui peut monter sur le tracteur, Anne-Marie n’atteint pas les pédales!. Les semis de céréales se font à la main. Nous apprenons tous les jours, grâce aux livres aux amis et aux voisins qui viennent voir « les nouveaux ».

Les séjours se développent bien en été en partenariat avec une association qui propose des activités informatiques après avoir investi dans une dizaine d’ordinateurs.
Depuis 1996, nos enfants sont scolarisés à Châteauneuf la Forêt.  De fil en aiguille, nous rencontrons des agents de développement, participons à la vie de la commune, réfléchissons au futur pays Monts et Barrages. Toutes ces rencontres, les besoins constatés en matière d’activités jeunesse nous conduisent à nous investir dans les animations locales…

« Notre projet personnel est à l’arrêt… »

Début 2004, nous nous impliquons personnellement dans les projets sur la commune, aidons à gérer une grande salle d’activité mais notre projet personnel de développement est à l’arrêt. Aussi, au printemps 2004, nous prenons la décision de stopper toute implication locale et nous recentrer sur notre projet pour le développer. Les pistes ne manquent pas.

Cette période est intéressante, malgré les risques et les sacrifices. Nous nous sommes dispersés, saisissant d’hypothétiques opportunités dans un souci de participer à la vie locale, peut-être par besoin de reconnaissance. En outre, nombreux sont les agents de développement prompts à nous pousser dans telle ou telle direction, mais au bénéfice de qui ?

Nous savons maintenant que nous resterons fidèles à notre projet en y consacrant toute notre énergie.

Maturité ?

Donc, recentrage sur la ferme. Nous « repartons » chez nous, sur notre projet.

Nous sommes contactés début 2004, par les civam du Limousin. Ils conduisent une réflexion sur l’accueil pédagogique à la ferme et une voisine leur a parlé de nous. Nous intégrons une formation de paysans sur l’accueil pédagogique à la journée. Formation intéressante qui nous ouvre une perspective de diversification de l’accueil sans nécessiter d’investissement.

Dès 2005, nous accueillons des classes du département, principalement de Limoges. Ce type d’accueil se développe bien et en 2007, nous accueillons près de 1000 enfants sur la ferme.

« Nous construisons notre bâtiment d’accueil en ossature bois… »

Nous adhérons aussi à Accueil Paysan, séduits par l’éthique du mouvement qui place le paysan au centre du projet d’accueil.
En 2006 et 2007, nous construisons notre bâtiment d’accueil en ossature bois pour y développer notre concept de séjour à la ferme de groupes et de familles avec participation aux activités de la ferme.

Régulièrement, nous nous mettons autour d’une feuille blanche pour faire un bilan, réfléchir à de nouveaux projets, à des modifications.
Nous avons réduit le maraîchage,  supprimé les moutons. Nous avons une deuxième vache, deux ânes et des chevaux. La volaille s’est diversifiée. Des canards, des oies, des dindes ont rejoint les poules de l’origine.

Avoir un hébergement en dur nous a permis d’augmenter la période d’accueil et de diversifier les types de séjours. Nous ne sommes plus dépendants de la réussite des vacances d’été.

Promotion

Dans les questions que l’on nous pose, il revient souvent celle de la promotion. Comment nous faisons nous connaître?

« 100% des personnes accueillies… grâce à Internet »

En 1999, nous travaillons en partenariat avec des fédérations nationales organisatrices de centres de vacances qui publiaient des catalogues de séjours. Nous éditons aussi des plaquettes que nous adressons par courrier postal à des structures de jeunesses, des associations, des écoles spécialisées.. Le site internet que nous avons depuis 1997 nous apporte très peu de contacts au début.
En 2009, 100% des personnes accueillies nous ont découvert grâce à l’un de nos trois sites internet ou à des sites partenaires.

Depuis 2004, la majorité des contacts se font grâce à internet. Nous veillons à avoir des sites à jour, avec des informations pertinentes, des possibilités de contact facile. Comme pour la plupart des travaux réalisés sur la ferme, nous créons et gérons nos sites. Nous sommes réactifs, tenons les agendas à jour, donnons des informations fraîches…

Pour aller plus loin dans son projet… »

Aide à la création d’une ferme pédagogique

Des questions a se poser.

Définir son projet d’accueil :

Quel public je souhaite accueillir ?
Quelles sont les activités possibles sur mon site ?
Combien de temps je souhaite consacrer à cette activité ?

Organiser son site pour l’accueil

Faciliter l’accès au site par une bonne signalétique
Situer le parking et l’identifier
Soigner les abords du site
Identifier un espace d’accueil du public
Repérer les éléments qui peuvent être dangereux (matériel, fosse, étang…) et les sécuriser

Etre en accord avec la réglementation en vigueur

Déclarer son activité d’accueil à son assurance et la dégustation de produits s’il y a lieu
Se renseigner sur les agréments à obtenir en cas d’hébergement du public
Avoir une activité agricole ou autre en règle avec les normes en vigueur (DSV…)

Définir son projet pédagogique

Pourquoi je souhaite accueillir ?
Quels sont les messages à transmettre au public ?
Quels sont les ateliers pédagogiques à organiser ?
Quels supports utiliser ?

Se former

Selon les caractéristiques de l’accueil, la formation est indispensable à la concrétisation et au développement de son projet. De quelques jours seulement à une formation plus longue, les thèmes abordés sont un moyen de réfléchir et de construire un projet adapté

Rechercher des partenaires

les réseaux associatifs  peuvent apporter une aide sur la diffusion de l’information, la formation, l’échange d’expériences, le conseil, l’appui au financements collectifs…
la bergerie nationale est un centre de ressources et de formation.
les services déconcentrés de l’Etat : l’Inspection d’Académie peut valider une reconnaissance « Education Nationale » concernant le contenu des visites, la DDJS assure l’agrément et le suivi des centres de loisirs et des centres de vacances.

Réglementation concernant les fermes pédagogiques

Vous trouverez la définition de la ferme pédagogique dans la circulaire interministérielle du 5 Avril 2001, signée par le ministère de l’Education Nationale, par le ministère de l’agriculture et de la pêche, par le ministère de l’aménagement du territoire et de l’environnement, par le ministère de la jeunesse et des sports.

En matière d’agrément, il n’existe pas d’agrément « ferme pédagogique » au sens propre du terme. Toute ferme qui entre dans la définition interministérielle, qui respecte les normes d’hygiène et de sécurité peut se déclarer ferme pédagogique. Cependant, la plupart des réseaux délivre une labellisation. Dans le cadre d’Accueil Paysan, le candidat signe la charte du groupe qui définit les objectifs du réseau, les engagements des signataires vis à vis du groupe et vis à vis des visiteurs. L’ensemble des chartes prévoient une obligation de formation et une première visite effectuée par les membres du réseau qui labellisent la ferme.

En matière de réglementation, pour un accueil à la ½ journée ou à la journée, c’est à dire sans hébergement et sans restauration, il n’y a pas de contraintes réglementaires fortes. Il semble , cependant, qu’il soit nécessaire d’avoir le souci :
D’un lieu d’accueil en cas d’intempérie
De toilettes et de lavabos accessibles
De diagnostiquer son lieu pour prévenir les accidents et pour donner des consignes claires dès l’arrivée du groupe, en particulier signaler les lieux interdits à la visite.
De se renseigner concernant le passage de la commission de sécurité. Ce passage n’est pas obligatoire pour une visite de ferme qui n’a pas procédé à des aménagements spécifiques…ce qui n’est pas le cas si il y a changement d’affectation d’un bâtiment (grange transformée en salle d’accueil)

La réglementation est totalement différente s’il y a restauration et hébergement. Cette réglementation est entièrement déclinée dans le livre :

Créer une ferme pédagogique
De l’idée à la réalisation
Auteurs : M.S Coquillaud, V. Daniel, M. Thou
Editions Educagri
26 Bd Docteur Petitjean, BP87999- 21079 Dijon Cedex
www.editions.educagri.fr

En cas de goûter à la ferme, c’est la réglementation relative à l’hygiène des denrées alimentaires remis directement au consommateur qui s’applique (arrête du 9 mai 1955) Quand le public transforme des matières premières au cours d’un atelier et qu’il y goûte ensuite, il n’y a pas encore de textes réglementaires. Mais il y aura prochainement un guide des bonnes pratiques concernant les ateliers pédagogiques de transformation et dégustation des produits alimentaires.

Circulaire interministérielle du 5/04/2001

OBJECTIFS

Les fermes pédagogiques doivent viser plusieurs objectifs

1° proposer des approches pédagogiques variées

Qu’elle soit en zone urbaine, périurbaine ou rurale, dite « d’animation » ou « agricole », la ferme pédagogique est un lieu privilégié pour l’éducation à l’environnement. Elle permet des approches variées : sensible, sensorielle, scientifique, créative, ludique et permet d’ancrer l’enseignement dans le réel et le concret.

2° initier à l’économie agricole

Le public (jeunes et adultes) découvre les enjeux et les contraintes du monde rural et agricole. A partir de la ferme, unité agricole, il comprend mieux la notion de filières, est sensibilisé à la qualité des produits et de l’alimentation.

3° appréhender les relations ville-campagne

La découverte de la ferme dans son environnement permet de mieux comprendre les liens qui existent dans les domaines économiques, sociaux, culturels et environnementaux.

4° contribuer au développement local

La ferme, lieu d’accueil pour le public, contribue au dynamisme du territoire et renforce les partenariats entre les acteurs locaux.

5° responsabiliser l’individu

Le jeune apprendra à réguler son comportement pour mieux respecter le vivant. En prenant des responsabilités, il fait ainsi l’apprentissage de la citoyenneté.

Pour aller plus loin :

Le site de la Bergerie Nationale

Le site d’accueil paysan

La Fédération nationale des CIVAM

Le Haut Commissariat à la Jeunesse

« Une formation pour créer une ferme pédagogique a découvrir ici ! »

 

16 Replies to “Porteurs de projets (2ème partie)”

  1. jamal

    je prépare une étude pour création d’une ferme pédagogique au Maroc a 15 minutes de Marrakech,j’ai besoin d’un associée pour la réalisation.
    a me contacter au: Email: jamalcompta@hotmail.fr

    j’ai une offre d’une ferme de 5 hectares avec plusieurs mode d’acquisition (gérance libre – location – association )

  2. Julie

    Bonsoir,

    Comme tous les messages précédent je souhaiterais créer une ferme pédagogique . Je ne serai malheureusement pas disponible aux 2dates de stages proposées . Pensez vous én refaire dans l Annee 2015 ? Si oui a quelle date ?

    Merci de votre retour

    Julie

  3. rym

    bonjour
    je reconnais bien l’esprit d’ accueil paysan, le partage de son métier de sa passion,
    merci pour toutes les info(,je suis aussi à accueil paysan dans la drôme)
    elles m’inspire pour continuer les séjours que je pratique à la ferme moi aussi depuis une dizaine d’année
    il faut toujours se renouveler, s’adapter aux rencontres, et avoir la pêche pour continuer avec toujours la même passion, le même enthousiasme
    la formation créer sa ferme pédagogique m’interesserai mais je ne sais pas comment la financer
    merci
    myriam

  4. alex

    Bonjour ,
    Votre site est tres interessant ,car j ai un proget similaire .j aimerai connaitre s il est necessaire de posseder des diplomes et qui vous confirme l acceptation de ferme ?combien de temps dur toute la procedure avant la realisation ?

    Merci de votre reponse .

    ALEX

  5. dolly albac

    bonjour
    Votre site est très intéressant , car j’ai un projet similaire .Mais j’aimerais savoir si il faut un diplôme agricole pour ouvrir une ferme pédagogique…
    merci,
    Sincèrement
    Dolly

  6. sandrine

    Bonjour Virginie,

    Nous aurons sûrement une autre formation en fin d’année 2011. Dans ce cas, nous communiquerons les dates sur notre site internet.
    Nous n’avons pas de contact particulier a vous donner en Rhône-Alpes. Par contre vous pouvez consulter le site d’Accueil Paysan national : http://www.accueil-paysan.com/
    Vous trouverez sûrement un lieu proche de chez vous susceptible de répondre à vos questions.

    Sincèrement
    Sandrine

  7. Virginie

    Bonjour,
    Comme beaucoup, je le constate au fil de mes recherches, j’ai l’humble ambition de me projeter dans une création de ferme pédagogique. N’étant qu’à l’ébauche de mon projet votre formation à venir m’aurais sans nul doute était d’une grande aide. Malheureusement résidant dans le Rhône et n’ayant pas de mobilité possible pour le moment je ne pourrais bénéficier de vos conseils et expériences. Peut être qu’une prochaine cession sera prévu courant 2011 ?!
    Toutefois, connaitriez-vous un partenaire qui serait succeptible de me communiquer son expérience plus proche de mon lieu de vie actuel, plus précisemment en rhône-alpes.
    Merci pour votre site parce qu’il apporte des idées, des réflexions et conseils précieux.
    Lorsque je serais un peu plus loin dans mon aventure je lançerai également je pense un « blog » autour de ma propre expérience afin de faire partager aux autres.
    Merci aussi par avance pour votre réponse qui me serait fortement utile.
    Bonne continuation et à une visite un jour j’espère…

  8. fasquel laetitia

    bonjour,je suis actuelement entrain de faire un prévisionnel pour mon projet de ferme de loisir mé je voulais vous demandé coment savoir combien de monde on peu espéré la premiére année comment calculé le bénéfice sans savoir combien d’anniversaire a la ferme et combien d’école,de personne individuel vont avoir le plaisir de visité notre ferme
    comment avez vous faire pour avoir une idée pour la premiére année
    merci de m’aidé il ne me manq q sa pour présenté mon projet aux banque merci

  9. Nanie

    Bonjour Jessica,
    Pour rencontrer des paysans et échanger sur l’accueil à la ferme à La Réunion, n’hésitez pas à contacter Guito et Nathalie CRESCENCE à La Saline les Hauts. Ils sont comme nous adhérents Accueil-Paysan. Leur adresse mail : nathalieleon@wanadoo.fr
    Bon courage et le seul conseil c’est de faire ce que vous avez envie et vous sentez capable de faire.
    Anne-Marie

  10. jessica

    Bonjour,
    Je suis admirative du travail que vous avez accompli, nous en sommes à peine au rêve de créer une ferme pédagogique sur l’ile de la Réunion, n’étant pas exploitant et n’ayant aucune experience dans le domaine agricole, juste un rêve de reconversion en famille…
    j’imagine trés bien ce qu’on va devoir endurer…
    Si vous avez des conseils, j’en serais plus que ravie…
    merci d’avance et bon continuation

  11. Laurianne

    Bonjour,

    Votre site est vraiment intéressant, je travaille actuellement avec une personne qui souhaite créer une ferme pédagogique. J’ai élaborer une étude de marché etc… Par contre je n’arrive pas à savoir si il est plus intéressant au niveau juridique d’être sous statut d’agricole ou d’association ou EURL? Concernant les subventions à qui peut on s’adresser.
    En vous remerciant.

  12. Anissina

    Bonjour,
    Va pour le mois prochain avec les enfants, ils seront ravis de voir des bébés, ils adorent !
    @+++
    Bonne journée

  13. Eric Post author

    Bonsoir,
    En fait Arc en ciel existe toujours mais uniquement pour l’organisation de séjours de vacances et quelques interventions  » jeunesse » autour de Limoges. Nul n’est prophète en son pays !
    Pas de problème pour le pot de confiture et nous sommes souvent présent le weekend. Sinon, il faut venir avec les enfants. D’ici un mois, il y aura des bébés !

  14. Anissina

    Je comprends mieux pourquoi Arc en ciel a disparu subitement… En tout cas merci de nous faire partager toute cette expérience !
    Il faut absolument que je vienne chercher mon pot de confiture mais avec les loulous que je garde, ma mobilité se trouve réduite en semaine… J’essaye de me libérer un mercredi d’ici le printemps et je vous contacte.
    Bonne soirée

  15. DUCLOS

    Bonjour, je suis content de pouvoir lire votre expérience de ferme pédagogique.
    Nous avons une association au Maroc qui est entrain de mettre en place ne ferme pédagogique avec accueil. Le but étant de permettre à des personnes en difficultés handicap ou précarité de trouver une activité génératrice de revenus.
    Nous voulons développer une agriculture raisonnée et avons besoin de conseils, graines, formation au Maroc de partenariats avec des associations ou structures voulant faire profiter de leur expérience.
    Nous serions ravis de pouvoir échanger avec vous sur tous ces points
    Cordialement
    François DUCLOS
    0567227731

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.