Accueil et rencontre

Ce début juin nous avons accueillie Maïlys pour participer aux travaux de la ferme jusqu’à la fin de l’été. Tout d’abord pour les accueils de groupes et le travail avec les animaux, dans le potager ou le verger, puis elle va participer avec nous à l’animation de nos séjours de vacances enfants/ados.

Nous sommes souvent sollicités par des jeunes souhaitant faire un stage ou être employés sur notre ferme.  Le courrier et le CV de Maïlys,  nous a vraiment séduit,  Eric et moi, car c’est un « concentré » de ce qui compte pour nous, dans notre mode de vie :  échanger, partager, vivre en harmonie avec la nature, être à l’écoute des autres, savoir apprécier l’instant présent…  Elle était venue en avril pour un entretien d’embauche. Notre « petit coin de paradis » l’a séduite et nous avons eu le sentiment qu’elle était en phase avec notre conception de l’accueil et de la vie chez nous.

Depuis 8 jours, elle a déjà beaucoup appris et participe pleinement à nos travaux de la ferme. Première semaine pour Maïlys : accueil de jeunes d’un hôpital de jour et leurs accompagnateurs. Préparer le petit-déjeuner, nourrir les cochons ou traire la vache, autant de tâches dont Maïlys s’acquitte fort bien.  Son sourire et sa douceur, son calme sont autant d’éléments apaisants pour nos hôtes comme nos animaux.

Quel plaisir de travailler avec une personne toujours de bonne humeur et ouverte à de nouvelles expériences.

Ce matin c’était un peu le « lâcher » pour Maïlys car nous avions une visite de classe toute la journée pendant qu’Eric encadrait un stage d’aéromodélisme. Elle a donc animé  pour la moitié du groupe, les activités de découverte de la ferme, les animaux des plus petits ( lapins de 10 jours) au plus gros  (les vaches) en passant par les poules, oies et cochettes avec succès. J’ai assuré l’animation pour l’autre moitié.

A la tombée de la nuit, c’est elle qui va fermer les poules et les oies, rentrer les chèvres.

Notre travail nous permet de très belles rencontres, non seulement avec les groupes accueillis comme la semaine dernière avec Catherine, Michel, Raphaël… mais aussi avec ceux qui travaillent avec nous.

Notre travail est un lien formidable entre la Terre et ses habitants de toutes sortes, hommes, animaux, plantes, et notre environnement.

Le soir on s’émerveille devant un coucher de soleil ou le vol des hirondelles ! Le métier de paysan est vraiment un des plus beaux métiers. C’est pour nous plus qu’un travail que nous avons choisi, c’est un mode de vie.

A bientôt.

« La Terre » parle de nous dans son N° du 28 avril au 4 mai

Après l’Express et alterrenat-presse, la Terre parlent aussi de nous :

« La ferme où les enfants sont rois.

Limousin. A une quarantaine de kilomètres de Limoges, la ferme de la Ribière de Bord est entièrement tournée vers l’accueil des enfants. Au programme, découverte de la vie rurale et agricole dans cette exploitation qui « ne ressent pas la crise ».

Vacances en famille, colonies, stages de modélisme ou de couture, séjours pour groupes et personnes handicapées…On peut faire tout cela à la ferme de la Ribière de Bord, à Châteauneuf-la-Forêt (Haute-Vienne). Cette petite exploitation de 7 hectares est entièrement tournée vers l’accueil, et notamment celui des enfants. La particularité de la ferme : « Nous sommes parmi les rares à offrir en un seul lieu l’hébergement, la restauration et les activités », explique Anne-Marie Cottineau. Elle s’est installée en 1996 avec son mari Eric sur cette exploitation à une quarantaine de kilomètres à l’est de Limoges.

La description de leur ferme n’est pas loin de l’image d’Epinal : le couple y élève des poules, des canards, des oies, deux vaches, quelques chèvres et ânes, un cheval, des lapins… Un choix délibéré dans lequel « l’exploitation est le support de l’accueil ». Le mot d’ordre : « Que les enfants partagent la vie du lieu, qu’ils mangent et travaillent avec nous », ajoute Anne-Marie Cottineau.

Si l’accueil est la principale activité de la ferme, le travail n’y manque pas. L’année dernière, le couple a reçu plus de 200 personnes pour des séjours qui vont d’un week-end à deux semaines en période de vacances. « Nous ne ressentons absolument pas la crise », se félicite Anne-Marie Cottineau, qui affirme que la fréquentation « ne cesse d’augmenter ». Leur secret ? Des tarifs défiant toute concurrence. « Nous pouvons pratiquer des prix bas car nous avons tout construit nous-mêmes », ajoute Anne-Marie.

Après quelques années à accueillir leurs hôtes en camping, le couple dispose aujourd’hui de 19 places « en dur ».

Adhérents d’Accueil paysan, Anne-Marie et Eric défendent un tourisme accessible à tous.
D’où une attention particulière portée à l’accueil des personnes handicapées, qui peuvent profiter, seules ou en groupes, de « tous les séjours » de la ferme. Cette vocation ne date pas d’hier : avant la ferme de la Ribière de Bord, Anne-Marie travaillait dans un laboratoire de recherche contre le cancer, tandis que son mari oeuvrait dans l’insertion professionnelle des jeunes sourds.
Y.G. »

Après l’Express et alterrenat-presse, la Terre parlent aussi de nous :

Fleurs de printemps

Le soleil et la chaleur de la semaine dernière ont fait éclore de nombreux bourgeons. Les fleurs sauvages s’épanouissent dans la prairie, au bord du ruisseau…

En voici quelques unes…

Les reconnaissez-vous?  Pouvez-vous les nommer?

La nature s’éveille: fleurs et bourgeons

Premiers jours de mars et la douceur printanière dont nous bénéficions est propice aux végétaux.

Les premières fleurs sauvages (on est en limousin, c’est donc le début!), les premiers bourgeons.

Un beau ciel bleu lors de cette randonnée que nous venons de faire sur le plateau de Millevaches.

Après la neige la prairie, couleur de paille mettra quelques semaines à retrouver de beaux tons de vert!

C’est bientôt le printemps!

La douceur de ce début mars est un prélude au printemps.

Et le printemps c’est avant tout le renouveau et  les premières naissances de la saison à la ferme. Hier soir, 1er mars notre chèvre Lili a mis bas et vous pouvez admirer sa petite chevrette, fille unique!

Une petite chevrette est née hier .

Nous vous redonnerons des nouvelles et pour le nom, nous n’avons pas encore décidé, alors si vous avez des idées…, n’hésitez pas à nous en faire part.

Photos et communication

Par cette journée maussade de toute fin d’automne, ( l’hiver c’est dans 2 jours!!!) j’ai fait dans le traitement d’images, photos, etc.

J’ai par exemple pris le temps de faire des étiquettes pour quelques unes de mes confitures: confiture de lait avec la photo de Salsa, notre vache normande, confiture de groseilles avec la photo des groseilles prise cet été…

Voici un exemple

D’autre part, à partir de nos photos faites à la ferme et grâce à Accueil Paysan, nous faisons faire des cartes postales pour La Ribière de Bord. C’est l’agence Publidec qui a fait le travail de composition et de mise en oeuvre … Voici un aperçu de ces cartes postales en avant première… Elles ne sont pas encore imprimées!

Celà vous donne envie de venir, non ?!

A bientôt peut-être

Anne-Marie

Illumination de noël

Bonjour,

Bientôt les fêtes de Noël et de fin d’année, les réunions de familles, la joie des enfants… et une surconsommation électrique due à toutes ces illuminations qui polluent notre environnement.
Chaque année, nous assistons à une course en avant pour la maison la plus « décorée », la plus illuminée.

Un article du journal local m’a incité à écrire ce billet d’humeur. Il y était annoncé que cette année encore notre petite commune limousine, endormie au milieu de ces forêts et vallons, organisait un concours de la plus belle maison illuminée. Un appel à polluer visuellement favorisant l’installation de nouvelles centrales nucléaires, en faisant fonctionner au maximum nos centrales thermiques.
Il est reconnu que faire des gestes simples d’économie d’électricité, nous ferait collectivement économiser une centrale nucléaire actuelle sans modifier notre style de vie.
Une commune ne devrait-elle pas montrer l’exemple et ne pas encourager à cette surconsommation inutile ?

Sur le site du RIAC29, j’ai trouvé une lettre argumentée pour demander aux municipalités de ne pas organiser de concours d’illumination au nom de la lutte contre les causes du changement climatique. Nous pouvons nous en inspirer pour adresser en tant que citoyen un courrier à notre maire.

Extrait de la campagne contre la pollution lumineuse de Agir pour l’environnement, l’Association nationale pour la protection du ciel et de l’environnement nocturne, le Réseau action climat et Sortir du nucléaire.

« Et la lumière fut…

La multiplication des illuminations de Noël, à l’approche des fêtes de fin d’année, entraine chaque année un gaspillage énergétique considérable. Ce scintillement embrase nos villes et campagnes à tel point que cette course au chatoiement généralisé réussit le tour de force d’éteindre la nuit ! Chaque année, nous assistons donc à une explosion de lumières artificielles dont les conséquences climatiques et énergétiques sont incontestables. Par mimétisme ou concurrence, le recours à ces illuminations intervient de plus en plus tôt dans l’année, éclairant les zones et rues commerciales dès les premiers jours de novembre ! Pire, certaines illuminations restent allumées 24h/24h, sept jours sur sept, quatre mois durant !!

Cette campagne de mobilisation citoyenne ne préconise pas l’arrêt des festivités en période de Noël mais postule que cet excès revêt un caractère symptomatique d’une société de surabondance et de gaspillage. Ces illuminations sont aux décorations de Noël ce que les 4×4 sont à l’automobile, une façon de briller en société mais qui débouche sur une éclipse partielle de notre lucidité écologique. Une fois encore, nous ne pouvons que constater la césure existante entre les grands discours sur le civisme écologique et une réalité moins radieuse… »

Pour en savoir plus :

Agir pour l’environnement

Sortir du nucléaire

Economie d’énergie (greenpeace)

Un guide pratique réalisé par la fédération Rhône-Alpes de protection de la nature ave le concours de l’ADEME

A bientôt

Confiture de lait et caramels

Bonjour,

Le temps gris et pluvieux de ce 11 novembre, n’incitant pas aux activités extérieures, j’ai lu tout en surveillant la cuisson de confiture de lait (Il faut 1kg de sucre pour 2 litres de lait) et de caramels mous (50 cl de crème et 500g de sucre)

Le terme « confiture » n’étant pas forcément le bon quand il s’agit de lait. En théorie une confiture est préparée avec des végétaux, fruits le plus souvent, et du sucre. Pour le lait, je dis plutôt, « pâte à tartiner au caramel ». . Le résultat est le même, tout le monde adore… Après 2h30 de cuisson, la pâte brulante est mise en pots qui sont retournés après avoir vissé le couvercle pour stérilisation. On peut le remettre à l’endroit après complet refroidissement. Pour continuer dans les douceurs sucrées, j’ai aussi fait cuire de la crème fraîche avec du sucre pour faire des caramels. Là aussi il faut être patient. Le caquelon est resté sur la plaque , th 1 pendant 2h, la cuisson doit être à feu très doux, mais le résultat en vaut la peine!!!

Et pour finir, j’avais inventé un petit dessert pour un dîner en amoureux : 2 coupes.

A la base les pétales, pommes cuites en tranches épaisses, caramélisées, sur lesquelles j’ai ajouté des pétales de céréales et un coeur de chantilly au sucre roux, pour rester dans le dégradé de couleurs! La saveur est difficile à retransmettre en ligne. Vous pouvez vous lancer et essayer. Bien sûr, le « must » c’est que j’ai choisi une de nos variétés de pommes très parfumées et la crème de Salsa pour la chantilly!

Bon appétit et à bientôt pour d’autres recettes.

Anne-Marie

Nos animaux, suite…

Comme promis, je poursuis la présentation de nos animaux.

Il y a 1 an, nous avons adopté, à la SPA, LINA, notre chienne, Labrador. Elle est vraiment très cool. On peut la promener partout, à pied ou en voiture. Les voyages ne la troublent pas et elle reste calme aussi bien dans un petit appartement en ville que dans une maison inconnue.  Son calme est évident sur cette photo, non?

LINA, notre chienne Labrador

Elle préfère de toute façon être avec nous même si elle doit rester sans bouger ou presque pendant des heures.

A la ferme il y a des animaux très utiles: les chats. En effet si nous ne voulons pas avoir à mettre des pièges ou autres moyens de lutte contre les souris, les chats sont d’une efficacité certaine. Leur nombre doit être proportionnel à la surface de la propriété et des batiments. Chez nous  ou 2 sont insuffisants. Actuellement nous en avons 5. Lisa est la doyenne, nous l’avons adoptée à la SPA de Limoges il y a 12 ans…

Puis par ordre d’arrivée chez nous :

-Polka, un beau matou, couleur crème et caramel, assez sauvage, donné par une personne du village

– Mistigri et Grisemine, frère et soeur donnés par notre voisine il y a 1 an. Mistigri est le préféré de Célia et Alice, parce qu’il est très calin… Mistigri est un peu angora gris uni, avec de beaux yeux verts!!!  Grisemine, elle, est rayée grisclair et gris un peu plus foncé.

– la dernière arrivée chez nous: Saphir. Elle a élu domicile chez nous en août dernier et a l’air de s’y plaire.

Ils font tous bon ménage, et ne se disputent pas, même au moment du repas. Voyez vous-même.

De G à Dte: Lisa, Mistigri , Saphir, Grisemine et Polka

La suite demain, si j’ai le temps !!!

Anne-Marie