Premiers échanges à l’heure africaine

Début de journée avant 6 heures… La nuit est ponctuée de nombreux sons : cris d’animaux, braiements, chants de coqs, sans oublier l’appel mélodieux à la prière à l’aube.restaurant mobile

Nous rejoignons le restaurant mobile de Paul pour un petit-déjeuner avec des confitures locales : papaye et goyave. D’ailleurs, nous prendrons tous nos repas de la journée chez Paul.

petit déjeuner

L’accueil est très chaleureux. Paul a ouvert son « maquis » en Octobre. Il a bénéficié d’une aide d’une association limousine avec un micro-crédit. Il a pu louer un espace à Ziniaré, construire une petite cuisine, acheter de la vaisselle, des ustensiles de cuisine, un réchaud à gaz et un congélateur qu’il utilise en frigo en le débranchant régulièrement.

Nous y avons mangé deux plats typiquement Burkinabé : du riz au Soumbala (épice issue de graines de Néré) à midi et un poulet bicyclette le soir.

Paysans limousins au Burkina

La journée a été consacrée à des rencontres : avec des apiculteurs qui cherchent à s’organiser pour développer une production, avec le médecin chef de l’hopital local et une association de développement local.

charettes pour l'eau

Une journée riche de rencontres, d’attentes, de rendez-vous certains manqués d’autres passionnants.

Des chèvres à l'ombre devant l'hotel.

De nombreux cochons se promènent dans les rues

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.