Nous ne sommes pas de « vrais » paysans.

Enfin, c’est ce que l’on entend souvent autour de nous lors de réunions, rencontres.. « Vous ce n’est pas pareil, vous n’êtes pas de vrais paysans »..

Nous nous sentons paysans, dans une lignée millénaire et universelle de personnes qui travaillent ou ont travaillé la terre, sèment et récoltent des céréales, des légumes ou encore élèvent des animaux, pour nourrir d’abord leur famille puis les autres.
Sur mon vieux tracteur qui me donne mal au cou, avec mes outils tous aussi vieux, ou à coté de mon âne attelé à sa carriole, je me sens dans la continuation de toutes personnes qui ont travaillé notre terre avant moi. [simage=161,320,y,left] Je me retrouve aux côtés de ma grand-mère qui, sans être agricultrice du tout, se penchait encore à 95 ans sur sa terre pour cultiver de beaux légumes et continuer à nourrir sa famille.

Nous cultivons une petite surface ( 8 ha) au regard des moyennes françaises mais une surface très supérieure la moyenne mondiale de 1,5 ha par paysan. En Europe, la surface moyenne d’une ferme est de 18,5 ha, en Italie de 6.5 ha.Il suffit donc d’élargir un peu son regard, sortir du Limousin et de France pour s’apercevoir que notre « petite » ferme n’a pas à rougir de sa taille. Nous en sommes d’ailleurs fiers.

Nous ne vendons pas notre production. Enfin, pas à des groupements, des coopératives, sur des marchés.. Il y a dix ans, au démarrage de notre activité, nous faisions des marchés, des livraisons, un peu de vente à la ferme. Maintenant, toute notre production est utilisée pour nous nourrir et nourrir les personnes que nous accueillons et elle ne suffit pas. Nous achetons miel, veau, agneau, légumes à des producteurs locaux voisins.

Les animaux que nous élevons servent bien sûr de support pédagogique mais leur production est réelle. Les fromages que nous servons viennent du lait de nos deux vaches, les jambons de nos cochons, les œufs de nos poules..

Pour certains, exploitants agricoles pour la plupart, notre ferme est un zoo, un cirque, ceci étant à prendre de façon péjorative. Ce n’est pas très sympa pour les cirques et les zoos où j’ai apprécié d’aller étant enfant et où nous avons emmené nos enfants.

Une « vraie » ferme pédagogique serait alors une ferme avec une « vraie » activité de production (qui produit beaucoup de veaux et fait toutes ses courses au supermarché le samedi) et un accueil pédagogique d’enfants et d’adultes.
[simage=102,320,n,left] Certaines de ces fermes sont des fermes pédagogiques si l’activité pédagogique est menée de façon aussi professionnelle que les autres activités de la ferme, si aucune des activités ne se fait au détriment des autres. Serait-ce une vraie « ferme » pédagogique parce que d’abord « ferme » ?

Je me sens paysan mais je connais aussi mes limites. Élever deux vaches, semer un hectare de céréales, sont à ma portée. Mener un gros troupeau de bovins, de brebis dépassent mes compétences. Accueillir 50 enfants sur la ferme, leur faire découvrir, caresser, traire une vache, organiser un accueil de familles pour les faire participer à la vie de la ferme, nous savons faire. Nous nous sommes organisés pour que les animaux, les cultures ne pâtissent pas de cette présence quasi-permanente. Une « vraie » ferme ne le permettrait peut-être pas. Nous pouvons nous permettre une chute de la production de lait les jours de visites, un éleveur laitier qui ne vit que de la vente de son lait le pourrait-il? Il lui faudrait s’organiser en conséquence.
[simage=155,320,n,left] Pour terminer, le petit Larousse donne la définition suivante au mot paysan :  » Qui vit à la campagne de ses activités agricoles » avant d’ajouter  » rustre, lourdaud »: c’est tout moi, quoi !

5 Replies to “Nous ne sommes pas de « vrais » paysans.”

  1. Frédérique

    Bonjour,
    Je suis enchantée de faire votre connaissance. Comme quoi le web, c’est bien de temps en temps (heu… souvent si on l’utilise bien)
    J’aime ce que je viens de lire. Sans être agricultrice, je vis à la campagne depuis l’âge de 6 ans et je crois bien que l’on me considère pas encore comme une « paysanne ». Mais après tout… Je m’en fous… Ce qui compte c’est de se sentir à sa place, en harmonie avec ses choix. Et j’ai bien l’impression que c’est votre cas aussi. Et c’est bien là l’essentiel.
    Bien à vous.
    Frédérique
    PS. votre site m’a été conseillé par des amis du Limousin qui vivent en Crête et qui ont flashé sur vous.

  2. Cel

    Bonjour moi ce qui m’interesseré c’est pour accueillir des enfants qu’elle diplome est demandé?
    cordialement Céline

  3. mamienne

    C’est ce qui s’appelle une mise au point !

    J’ai souvent constaté le mépris de nos collègues paysans qui ont bien vite oublié le sens de ce mot .
    Comme si du jour au lendemain , juste parce que le rendement des cultures et le nombre d’animaux ainsi que le nombre d’hectares explosent on devient chef d’exploitation , chef d’entreprise . On rentre dans la cour des Grands …

    Que certains aiment à le croire je peux le comprendre mais au moins qu’ils respectent le choix de vie des gens comme vous qui vivez en complet accord avec votre philosophie de vie .

    C’est en plus grâce à des gens comme vous , qui prenez le temps d’expliquer , de montrer aux personnes qui veulent bien s’y intéresser , ce que peut être une ferme , une vraie , une comme celle qu’avaient nos grands parents qui faisaient vivre toute leur famille voire un ouvrier …

    Tout à fait d’accord avec toi au sujet des courses du samedi à l’hypermarché !
    Je suis stupéfaite de voir combien de famille d’agriculteur ne font plus leur jardin , plus leur volailles , plus leur viande et le comble ne pas boire leur propre lait parce qu’il faut le prendre au tank , éventuellement le faire bouillir et qu’il est entier !!!

    Les beaux jours sont de retour , la saison des accueils pour vous …

    très bonne continuation à vous
    Amicales et paysannes pensées
    christine

  4. Eric Post author

    Elle est sur la ferme après être allé chez un voisin voir un taureau !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.